S&P 500 ^GSPC
4,967.23
-0.88%
Nvidia NVDA
$762.00
-10.00%
Meta META
$481.07
-4.13%
Amazon AMZN
$174.63
-2.56%
Tesla TSLA
$147.02
-1.94%
Microsoft MSFT
$399.12
-1.27%
Apple AAPL
$165.00
-1.22%
Alphabet GOOG
$155.72
-1.10%

Peut-être pas, mais si : en cas de récession, un écart de plusieurs dizaines de pour cent s'ouvre pour les actions américaines

Les États-Unis se dirigent-ils vers une récession ? Les économistes ne sont pas d'accord, bien sûr, mais ces dernières semaines, ils ont eu tendance à envisager un atterrissage en douceur de l'économie. Toutefois, la dynamique de certains indicateurs économiques et l'inversion prononcée et à long terme de la courbe des rendements des obligations d'État américaines mettent en garde contre un excès d'optimisme. Le marché boursier américain a relativement bien résisté cette année malgré le dernier recul, mais comment une éventuelle récession pourrait-elle l'ébranler ?

L'histoire offre de nombreux exemples de récessions et de fortes baisses des marchés boursiers. Bien sûr, l'histoire ne se répète jamais exactement, mais le sentiment des investisseurs dans des conditions économiques similaires est souvent très semblable, tout comme l'évolution des différentes corrections de prix et des marchés baissiers.

Les plus hauts historiques de l'indice S&P 500 remontent maintenant à près de deux ans. Depuis lors, le marché a connu une baisse maximale de 27,5 %, ce qui est relativement modeste pour une tendance baissière. Lorsque des récessions ont éclaté aux États-Unis par le passé (rappelons qu'en Amérique, on ne tient pas compte de la définition d'une récession utilisée en Europe, à savoir deux baisses trimestrielles consécutives du PIB ; les récessions sont déclarées sur la base de multiples indicateurs par le NBER, le National Bureau of Economic Research), les baisses des cours boursiers ont généralement été plus marquées. Et de manière significative.

Grande Dépression : -86%.

Grande récession : -58%.

Bulle Internet (Dot.com) : -50 %.

Le krach de 1973 : -50%.

Récession sous le président Nixon en 1969 : -37%.

Le lundi noir de 1987 : -36%.

Pandémie de grippe aviaire de 19 ans : -35%.

Les baisses de 50 % n'étaient pas fréquentes dans le passé, mais elles se sont produites. Les baisses de plus de 30 % étaient alors assez courantes. Si le présent est bien sûr différent du passé à bien des égards, on ne peut exclure, sur la base de l'expérience des marchés à long terme, que les actions américaines n'aient pas encore atteint le creux de la vague de la tendance baissière actuelle, qui a été déclenchée par le recul par rapport au sommet de l'indice S&P 500 de janvier 2022.

Selon le Stock Market Almanac, de nouvelles baisses sont tout à fait possibles. Il suffirait d'un rien, à savoir que le NBER déclare une récession. Les taux sont élevés, les liquidités du système financier s'amenuisent (la Fed continue de retirer 95 milliards de dollars par mois du marché) et la situation géopolitique est assez tendue. Soit dit en passant, une chute de 50 % par rapport aux sommets atteints ramènerait l'indice S&P 500 à peu près au niveau de 2 400 points, le plus bas de la pandémie de flash sur les marchés.


No comments yet