S&P 500 ^GSPC 5,071.63 +0.02%
Tesla TSLA $162.13 +12.06%
Nvidia NVDA $796.77 -3.33%
Amazon AMZN $176.59 -1.64%
Apple AAPL $169.02 +1.27%
Alphabet GOOG $161.10 +0.74%
Meta META $493.50 -0.52%
Microsoft MSFT $409.06 +0.37%

"Vous devez vendre cette action avant qu'il ne soit trop tard", prévient un analyste réputé. A-t-il raison ?

Warren Buffett mise gros sur les entreprises énergétiques cette année. Et un tel point de vue doit être clairement pris en compte. Mais selon certains analystes, les sociétés énergétiques et pétrolières traditionnelles ne sont plus. Ils estiment que des changements radicaux doivent être apportés au portefeuille, notamment en vendant les titres qui ont vraiment fait leurs preuves. Ont-ils raison ? Et quelle est mon opinion ?

Les producteurs de pétrole sont dans le collimateur de presque tous les investisseurs depuis le début de l'année.

L'analyste Zach Stein écrit ceci :

Les valeurs énergétiques sont les vedettes du spectacle cette année. Mais c'est le moment de les vendre et d'électrifier votre portefeuille avant que les investisseurs ne se rendent compte des problèmes à long terme du secteur.

Un certain nombre de vents contraires pourraient menacer cette croissance rapide : le risque croissant de récession, la résistance des consommateurs aux prix élevés de l'essence et la volonté d'électrifier notre économie. Le marché boursier commence à s'en rendre compte.

L'Energy Select Sector SPDR $XLE+0.1% ETF a augmenté depuis le début de l'année jusqu'à son plus haut niveau de fin d'année le 8 juin, car l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février, combinée à la hausse de la demande due à la reprise économique mondiale post-Covid, a fait grimper les prix du pétrole à des sommets inimaginables.

Contrairement au reste du marché, XLE a augmenté

Le 8 mars, leWest Texas Intermediate, la référence américaine des prix du pétrole, a atteint un sommet de 123,70 dollars sur 52 semaines et se négocie toujours au-dessus de 110 dollars. À titre de comparaison, au cours des quatre années qui ont précédé la pandémie COVID 2020, les prix du pétrole se sont généralement situés entre 50 et 70 dollars le baril.

Depuis le 8 juin, cependant, l'ETF a chuté d'environ 20 %, signe traditionnel d'un marché baissier.

Voici trois raisons de réaliser des gains maintenant, selon M. Stein :

Le risque de récession augmente

La Réserve fédérale américaine augmente les taux d'intérêt et réduit son bilan dans le but de maîtriser l'inflation, qui est en grande partie due à la hausse des prix de l'énergie.

Le résultat pourrait être une récession. Et cela n'est pas bon pour les prix du pétrole, qui ont historiquement été très sensibles aux récessions, ni pour les actions des sociétés énergétiques, dont les marges bénéficiaires augmentent généralement en même temps que les prix du pétrole.

Toutes les récessions économiques récentes ont coïncidé avec des chutes importantes et soudaines des prix du pétrole, notamment la bulle technologique en 2000, les attentats du 11 septembre, la grande récession de 2008 et la pandémie de 2020. Les prix du pétrole se sont refroidis ces dernières semaines, et cette tendance pourrait s'intensifier compte tenu des risques de récession susmentionnés. Certains investisseurs, dont Cathie Wood, PDG d'ARK Invest, et des stratèges boursiers pensent que nous sommes déjà en récession.

Destruction de la demande

Avec des prix du pétrole aussi élevés, il y a des signes de résistance des consommateurs, ce qui entraîne une destruction de la demande de pétrole. C'est mauvais pour les profits des compagnies pétrolières.

La moyenne sur quatre semaines de la demande d'essence est tombée à 9,016 millions de barils par jour au 10 juin 2022, contre 9,116 millions de barils par jour il y a un an, selon la U.S. Energy Information Administration.

Le prix moyen national d'un gallon d'essence est de 4,88 $, contre 3,099 $ il y a un an, selon le rapport. Les forces du marché sont à l'œuvre. Oui, il y a une limite à ce que les consommateurs sont prêts à payer pour l'essence.

Électrification

Ce n'est un secret pour personne que les véhicules électriques sont au centre de notre transformation énergétique mondiale. Pourtant, elle alimente les craintes d'un pic de la demande de pétrole et, plus inquiétant pour les investisseurs, d'un pic des profits pétroliers.

Les consommateurs investissent de plus en plus dans l'achat de voitures électriques. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les ventes mondiales de VE atteindront le chiffre record de 6,6 millions de véhicules en 2021. Et selon une étude d'EY publiée en mai, 52 % des consommateurs qui prévoient d'acheter une voiture dans les deux prochaines années ont l'intention d'acheter un véhicule électrique ou hybride.

Le passage à un véhicule électrique réduit durablement la demande de pétrole. Une demande plus faible signifie moins de pétrole vendu. Cela signifie une baisse des bénéfices pour les actions pétrolières. Période.

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une nouvelle, il est important de reconnaître le moment unique auquel les actions sont confrontées : une confluence potentiellement unique d'événements où le marché boursier cesse d'évaluer les nouvelles négatives à long terme dans le secteur de l'énergie et se concentre plutôt sur les catalyseurs de croissance à court terme. Le résultat, sans surprise, est la hausse des prix des actions du secteur de l'énergie - des prix que nous ne reverrons peut-être jamais.

Par exemple, Exxon Mobil , XOM+0.0%. Les actions ont clôturé à un niveau record de 105,57 dollars le 8 juin, dépassant le précédent sommet établi en mai 2014. Bien que l'action Exxon Mobil ait baissé d'environ 15 % depuis ce nouveau record, elle est toujours en hausse d'environ 46 % depuis le début de l'année.

Le moment est venu pour les investisseurs de vendre les actions des sociétés pétrolières et énergétiques avant que la flambée des prix du pétrole induite par la géopolitique et le COVID ne s'estompe.

Un vieil adage de Wall Street dit qu'on ne peut pas se tromper en prenant des bénéfices.

Je suis d'accord avec plus ou moins tout ce que l'analyste écrit. En tant qu'investisseur à long terme, j'éviterais peut-être de vendre hâtivement des sociétés pétrolières. Beaucoup d'entre elles ont un dividende qu'elles verseront malgré l'électrification de la planète. En outre, la consommation de pétrole ne concerne pas seulement le transport.

Il est également important de se rappeler que ces entreprises ont une longue histoire, un management de haut niveau et un énorme tas de liquidités qui peuvent leur ouvrir les portes de nouveaux domaines si le besoin s'en fait sentir.

Avertissement : ceci n'est en aucun cas une recommandation d'investissement. Il s'agit purement d'un résumé et d'une analyse de ma part, basés sur des données provenant d'Internet et de quelques autres analyses. Investir sur les marchés financiers est risqué et chacun doit investir en fonction de ses propres décisions. Je ne suis qu'un amateur qui partage ses opinions.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Log in to Bulios

Log in and follow your favorite stocks, create a portfolio and discuss with others


Don't have an account? Join us

No comments yet