S&P 500 ^GSPC 5,306.04 +0.02%
Nvidia NVDA $1,140.59 +7.13%
Tesla TSLA $176.75 -1.39%
Alphabet GOOG $178.02 +0.96%
Amazon AMZN $182.15 +0.77%
Meta META $479.92 +0.36%
Microsoft MSFT $430.32 +0.04%
Apple AAPL $189.99 +0.01%

Troy Gayeski : Le marché baissier est à nos portes. Prenez vos bénéfices tant que vous le pouvez.

Didier Dufort
28. 4. 2023
5 min read

Sur les marchés, les points de vue sur la situation économique actuelle sont très divers. Mais l'opinion de ce stratège m'intrigue beaucoup. C'est principalement en raison du caractère "radical" de cette opinion que je l'ai trouvée. Examinons-la ensemble.

L 'indice S&P 500 a connu une hausse de 8 % jusqu'à présent en 2023. La hausse de l'indice S&P 500 cette année est alimentée par l'espoir des investisseurs que la Réserve fédérale mettra fin à ses hausses de taux d'intérêt, ce qui conduirait à un assouplissement de la politique monétaire. Toutefois, cette perspective optimiste du marché est considérée comme exagérée par de nombreux experts, qui estiment que les facteurs fondamentaux à l'origine de la hausse des actions ne sont pas suffisamment solides.

Troy Gayeski, stratégiste en chef de FS Investments, prévient que le marché pourrait chuter de 22 %.

Il s'agit d'une occasion unique de profiter de cette reprise du marché baissier pour réduire prématurément le risque de pertes potentiellement très douloureuses au cours des six, neuf ou douze prochains mois. Il n'y a aucune raison d'attendre. Ce n'est pas comme si vous laissiez 10 % sur la table.

En fait, M. Gayeski s'attend à ce que les marchés boursiers chutent encore d'au moins 20 %. M. Gayeski estime que les investisseurs ne devraient pas attendre de nouveaux gains et qu'ils devraient commencer à vendre leurs actions dès maintenant. Mais qu'est-ce qui le pousse à adopter ce point de vue radical ?

Tout d'abord, les plus fortes hausses ont toujours eu lieu dans des marchés baissiers. En général, ces reprises sont motivées par des facteurs techniques. Ensuite, il y a le récit qui a été élaboré pour les justifier : le plus récent était que l'inflation ralentira suffisamment pour que la Fed n'ait plus à relever les taux, puis que nous connaîtrons une récession qui, d'une manière ou d'une autre, amènera la Fed à réduire rapidement les taux. Mais les récessions ne sont pas mauvaises pour les revenus ou les bénéfices ? Cela n'a vraiment aucun sens.

Ce qui se passe actuellement sur les marchés n'a aucun sens, selon M. Gayeski. En fait, selon lui, les investisseurs ne s'attendent pas à ce qu'une éventuelle récession affecte les bénéfices des entreprises. Cela signifie que les investisseurs ne prennent pas suffisamment en compte le scénario de la récession dans leurs prévisions.

Troy Gayeski souligne que les plus fortes hausses ont tendance à se produire dans les marchés baissiers et qu'elles sont motivées par des facteurs techniques plutôt que par des facteurs fondamentaux. Cela signifie que la croissance du marché ne peut être que de courte durée et non durable. Les investisseurs doivent être prudents et se préparer à un éventuel déclin du marché boursier.

Ces arguments conduisent Gayesi à suggérer que l'indice S&P500 pourrait descendre jusqu'à 3200 points, soit une baisse actuelle de plus de 20 %. Selon M. Gayeski, il est actuellement préférable de vendre des actions et de prendre des bénéfices sur le marché, voire d'éliminer les pertes en agissant de la sorte. Cela ne vaut pas la peine de risquer une perte de 20 % pour quelques % de gains. C'est l'avis de Troy Gayersi.

Mike Wilson, stratège en investissement chez Morgan Stanley, partage un point de vue similaire, bien que moins radical. Depuis la fin de l'année 2022, il estime que les estimations de bénéfices de cette année sont exagérées et ne tiennent pas compte de la situation économique actuelle. Selon lui, les marchés boursiers chuteront de 20 % d'ici la fin de l'année.

Comment vois-je les choses ?

Pour l'instant, je pense que la situation est plus positive que l'année dernière. Le marché de l'emploi reste solide, la Fed n'a pas encore relevé son taux d'intérêt cible, ce qui pourrait indiquer une fin programmée des hausses de taux d'intérêt. Quant à la récession, je pense qu'elle est encore retardée. De nombreux investisseurs ne l'attendent pas avant le début de l'année prochaine. Je suis un peu plus pessimiste et j'ose dire qu'elle pourrait commencer quelque part au quatrième trimestre de cette année. Je ne m'attends toutefois pas à une récession profonde, mais plutôt à une récession légère, peut-être même à une récession technique. Le scénario de Troy Gayeski me semble donc plutôt pessimiste, voire exagéré. Il y aura certainement des chutes boursières, même si nous ne tombons que dans une récession légère, mais elles ne seront pas aussi importantes que le prédit M. Gayeski.

AVERTISSEMENT : Je ne suis pas un conseiller financier et ce document ne constitue pas une recommandation financière ou d'investissement. Le contenu de ce document est purement informatif.


Transmettez l'article ou gardez-le pour plus tard.