S&P 500 ^GSPC 5,071.63 +0.02%
Tesla TSLA $162.13 +12.06%
Nvidia NVDA $796.77 -3.33%
Amazon AMZN $176.59 -1.64%
Apple AAPL $169.02 +1.27%
Alphabet GOOG $161.10 +0.74%
Meta META $493.50 -0.52%
Microsoft MSFT $409.06 +0.37%

Les dix premières actions mondiales en termes de valeur de marché ont plus d'influence que jamais sur les marchés de capitaux, et cela pourrait être une mauvaise chose, selon Ned Davis Research.

Les dix premiers noms en termes de capitalisation boursière dans l'indice All Country World Index (ACWI) représentent désormais près d'un cinquième, soit 19 %, de la valeur de l'indice de référence, un record en termes de concentration, selon un rapport publié lundi par la société de Wall Street.

Non seulement ce sont toutes des entreprises américaines, mais les sept premières - Alphabet, Apple, Amazon, Meta Platforms, Microsoft, Nvidia et Tesla - sont les suspects habituels, qui ont connu d'énormes hausses cette année grâce à l'engouement pour l'IA. Apple a augmenté de 36 % cette année, tandis qu'Alphabet a progressé de 55 %.

Mais si l'on se fie à l'histoire, cela pourrait signifier des eaux troubles pour les investisseurs. Ned Davis a constaté qu'un marché baissier suivait rapidement les fortes concentrations en 2000 et 2021. Il y a toutefois eu une exception en 2020, lorsqu'une poignée d'actions se sont développées pour soutenir le marché haussier.

"La concentration actuelle débouchera-t-elle sur un résultat semblable à celui de 2020, ou s'agit-il d'un signe précurseur d'un marché baissier comme en 2000 et en 2021 ? Tim Hayes, responsable de la stratégie d'investissement mondiale de la société, a écrit dans une note de recherche.

Pour répondre à cette question, les investisseurs devront suivre de près la façon dont les actions réagiront aux problèmes saisonniers en septembre. Si la tendance actuelle à la croissance peut être maintenue, les actions pourraient se répéter en 2020 et continuer à croître. Ned Davis suit la force globale des indicateurs clés à 50 et 200 jours.

Toutefois, la société estime que les actions pourraient entrer dans un marché baissier si la reprise de cette année ne s'étend pas à d'autres secteurs.

"Alors que l'indice ACWI pondéré en fonction des actions est encore bien au-dessus de son seuil d'équilibre à la hausse, l'indice pondéré en fonction des parts égales se situe juste au-dessus. Si l'indice à pondération égale sous-performe et que l'agrégat Rally Watch ne parvient pas à rebondir, le marché serait de plus en plus exposé à un déclin des méga-capitalisations", écrit M. Hayes.

"Toutefois, si nous assistons à une progression en fin d'année avec une participation en hausse et une concentration en baisse, nous aurons une confirmation supplémentaire que le marché haussier est bien contenu et durable", a-t-il ajouté.

Le marché boursier est entré dans sa pire période de dix jours de l'année

Selon Bank of America, le marché boursier est entré lundi dans sa pire période saisonnière de dix jours de l'année.

"Le 18 septembre marque le début des 10 derniers jours de septembre, la pire période de 10 jours de l'année pour l'indice S&P 500, avec un indice en hausse de 40 % pour un rendement moyen de -1,11 %", a écrit mardi Stephen Suttmeier, stratège de la recherche technique de Bank of America.

Depuis le début de la semaine, l'indice S&P 500 est fidèle à ses habitudes, avec une baisse d'environ 0,6 %.

UNE PÉRIODE DIFFICILE POUR LE S&P 500

Goldman Sachs a fait remarquer cette semaine que la période qui s'étend d'aujourd'hui à octobre est généralement volatile, car les directions des entreprises sont pressées de fournir des mises à jour sur l'ensemble de l'année à l'approche de la fin du troisième trimestre. Ces avertissements précoces peuvent souvent être négatifs.

Outre les tendances saisonnières habituelles, les investisseurs recevront ce mercredi une mise à jour importante de la Réserve fédérale, la banque centrale étant tiraillée entre une inflation toujours élevée et un ralentissement de l'économie. L'économie est également affectée par une série de fermetures d'entreprises, par la hausse des prix du pétrole et par la menace d'une fermeture du gouvernement qui inquiète les investisseurs.

L'indice S&P 500 était déjà dans le rouge au début du mois de septembre, et M. Suttmeier fait remarquer que cela ne fait pas de cette période une opportunité d'achat.

"Lorsque les 10 premiers jours ou le mois sont inférieurs à la moyenne, les 10 derniers jours du mois peuvent également être difficiles, avec un SPX en hausse de 41 % pour un rendement moyen de -1,66 %", a-t-il déclaré dans une note.

Malgré le fait qu'il pourrait y avoir une période de faiblesse, l'analyste technique de Bank of America reste globalement optimiste, à moins qu'un repli potentiel ne brise les niveaux de soutien clés qu'il surveille. Par exemple, l'indice de référence actuel du marché, qui se situe autour de 4 425, est encore bien supérieur à sa moyenne mobile sur 200 semaines de 3 914, selon M. Suttmeier, et se situe donc toujours dans une tendance "haussière séculaire".


No comments yet