S&P 500 ^GSPC 5,304.72 +0.70%
Tesla TSLA $179.24 +3.17%
Meta META $478.22 +2.67%
Nvidia NVDA $1,064.69 +2.57%
Apple AAPL $189.98 +1.66%
Microsoft MSFT $430.16 +0.74%
Alphabet GOOG $176.33 +0.73%
Amazon AMZN $180.75 -0.17%

Petr Lajsek, analyste : une autre bulle, celle de l'IA, pourrait émerger sur les marchés

Jean Laffayette
26. 4. 2023
15 min read

Une nouvelle tendance prévaut sur les marchés, le boom de l'IA, sur laquelle s'est penché l'analyste Petr Lajsek, qui m'a expliqué les raisons pour lesquelles nous pourrions être en train de vivre une bulle de l'IA.

Je vais vous demander de vous présenter brièvement à notre communauté d'investisseurs, car c'est la première interview que vous accordez à notre site web.

Bonjour, je voudrais tout d'abord vous remercier d'avoir sollicité cette interview. Je suis Bulios depuis longtemps et je suis heureux de voir comment vous avez réussi à vous développer. Je suis sur les marchés financiers depuis 2014, j'ai d'abord commencé par trader le forex selon l'analyse technique, puis progressivement j'ai aussi commencé à investir dans les actions et les ETF. Je suis analyste senior chez le courtier Purple Trading. Nous pouvons nous vanter que nos clients sont parmi les plus rentables de l'UE à long terme. Ainsi, en 2021 et 2022, nous avons été classés parmi les trois meilleurs courtiers en République tchèque, en Slovaquie et en Pologne.

Vous avez récemment tweeté : "Une bulle de l'IA est-elle à venir ?" Cette idée m'a également traversé l'esprit ces derniers temps, pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Oui, je recommanderai certainement aux lecteurs de suivre mon twitter @petrlajsek. Tout d'abord, j'aimerais mentionner que je suis vraiment très surpris de la rapidité avec laquelle l'IA est adoptée. Le lancement de ChatGPT semble avoir déclenché une énorme révolution dans ce domaine et de plus en plus de personnes et d'entreprises s'y intéressent. La quantité de nouveaux outils pousse comme des champignons après la pluie et une certaine bulle est probablement déjà en train de se former sur les marchés boursiers et parmi les startups. Mon message sur Twitter portait sur la facilité avec laquelle il est possible d'obtenir des investissements de démarrage de la part de fonds de capital-risque si vous travaillez dans le domaine de l'IA. Il suffit d'indiquer sur LinkedIn que vous avez abandonné Stanford, étudié l'informatique et que vous êtes en train de créer une entreprise d'IA. Ensuite, les offres de fonds affluent... Il s'agit là d'une hyperbole, bien sûr, mais il peut y avoir une part de vérité.

AI
$24.04 $0.10 +0.42%

D'ailleurs, les actions des entreprises qui ajoutent "AI" à leur nom connaissent un véritable boom. Un exemple "brillant" est C3.ai $AI+0.4%, une entreprise qui crée des logiciels d'intelligence artificielle. Son action a augmenté de plus de 100 % depuis le début de l'année, et le pic a même été supérieur à 300 %. Parmi les autres valeurs en hausse dans le domaine de l'IA, citons SoundHound AI $SOUN+1.4%, BigBear AI $BBAI+3.3% et GuardForce AI $GFAI+2.2%. Les entreprises qui parviennent à réaliser d'importantes économies grâce à l'IA, comme Buzzfeed $BZFD,+6.1% seront également très prisées. Jusqu'à présent, cela rappelle une frénésie similaire lors de l'apogée des paris de Wall Street. Il est tout à fait possible qu'une astuce d'investisseur similaire soit à l'origine de ce phénomène.

"Il est tout à fait possible qu'une autre bulle émerge sur les marchés.

La bulle de l'IA pourrait-elle alimenter l'intérêt gigantesque des investisseurs qui veulent à tout prix être investis dans le secteur ?

Absolument, les grandes bulles boursières comportent généralement cinq phases importantes. La première est un événement qui provoque une révolution - comme l'internet dans la bulle Internet, les CDO dans la grande crise financière. La phase suivante est celle des médias qui attisent cette révolution, suivie de la FOMO chez les investisseurs qui veulent s'emparer des actions bon marché avant qu'elles ne deviennent, par exemple, la prochaine Alphabet $GOOGL+0.8%. L'avant-dernière phase est celle de la perte de rationalité, avec la montée en flèche des valorisations des entreprises qui "déteignent" sur la révolution en cours. La dernière phase est celle de l'effondrement inévitable.

À votre avis, dans quelle phase nous trouvons-nous actuellement ? La révolution ne fait-elle que commencer ou sommes-nous déjà dans les phases 2 et 3 ?

Peut-être sommes-nous dans toutes les phases à la fois. Le moment où les entreprises d'IA commenceront à proliférer parmi les publicités du Super Bowl pourrait être un indicateur assez intéressant. Il est alors peut-être temps de mettre les pieds sur terre. La mise en œuvre de l'IA dans des entreprises comme Microsoft $MSFT+0.7%, Alphabet $GOOGL+0.8% et Amazon $AMZN-0.2% est certainement un grand avantage et pourrait les aider à prospérer pour le reste du siècle. Le développement de l'IA peut également être "joué" par des fabricants de puces comme Nvidia $NVDA+2.6%, qui joueront un rôle clé dans le développement de l'industrie. Toutefois, je serais très prudent avec des sociétés moins connues qui ont récemment ajouté l'IA à leur nom ou qui viennent d'entrer sur les marchés par le biais, par exemple, de SPAC. Et à mon avis, il y en aura beaucoup très bientôt. Il pourrait même y avoir des ETF thématiques purement axés sur l'IA. Pour de nombreuses entreprises, malheureusement, il n'y a même pas assez d'informations pour effectuer un contrôle préalable adéquat. Il est donc préférable d'allouer une plus petite partie du capital à ce type d'investissement et de le considérer davantage comme de la pure spéculation.

Voyez-vous des similitudes à cet égard avec ce qui s'est passé avant, par exemple, la bulle Internet ?

Oui et non. La bulle Internet était assez spécifique : à l'époque, pratiquement toutes les entreprises présentes sur Internet connaissaient une croissance massive. Les entreprises technologiques les plus importantes et les plus rentables étaient comme un bouquet de safran à l'époque. Des géants comme Google et Amazon n'en étaient qu'à leurs balbutiements. Des sociétés comme Facebook n'existaient même pas à l'époque. Ainsi, entre 1995 et 2000, le Nasdaq Composite a augmenté de près de 500 % (certains titres ont même progressé de plusieurs milliers de pour cent au cours de la seule année 1999) et le ratio cours/bénéfice a culminé à 200. Le rapport cours/bénéfice maximal atteignait 200, ce qui est très éloigné des valeurs actuelles, le rapport cours/bénéfice actuel du Nasdaq étant d'environ 24. Si l'indice s'est également envolé avant la fin de 2021, il en a été de même pour les bénéfices des plus grandes entreprises technologiques. La situation pourrait changer de manière significative avec la baisse des taux d'intérêt et le retour d'un sentiment de risque sur les marchés. Après tout, la bulle Internet a été créée parce que trop de gens ont voulu investir trop rapidement dans l'Internet. Je m'attends donc à ce que les valorisations des entreprises actives dans le domaine de l'IA augmentent de manière significative et qu'une sorte de bulle se forme.

Si nous parlons d'une bulle, pensez-vous que la politique agressive de la Fed, la crise bancaire et peut-être la crise de l'immobilier commercial pourraient accélérer ce processus ?

En ce qui concerne la crise bancaire, plusieurs banques ont fait faillite et n'étaient pas bien préparées aux hausses de taux d'intérêt. D'un autre côté, les grandes banques américaines en ont profité et ont vu affluer les dépôts. Si l'on examine leurs résultats du premier trimestre, la plupart d'entre eux sont très positifs. À quelques endroits, j'ai vu des comparaisons avec la grande crise financière, mais ce n'est pas très exact. À l'époque, les problèmes des banques se situaient du côté de l'actif, alors qu'aujourd'hui, ils se situent du côté du passif, avec une énorme fuite des dépôts des petites et moyennes banques. En ce qui concerne la politique de la Fed, elle peut certainement être qualifiée d'agressive, mais cette agressivité était mal placée. Nous y reviendrons dans la prochaine question. Toutefois, je ne pense pas que ces facteurs précipiteront l'éclatement d'une bulle potentielle. La question se pose bien sûr de savoir si une bulle est en train de se former sur le marché.

En ce qui concerne la macroéconomie, nous avons vu l'inflation (IPC et IPP) surprendre avec des résultats légèrement meilleurs que prévu. Toutefois, le marché du travail reste relativement solide. Pensez-vous que la Fed puisse réduire l'inflation sans paralyser le marché du travail ou provoquer une récession ?

L'inflation globale aux États-Unis recule incontestablement à un rythme satisfaisant, mais l'inflation sous-jacente est plus dure, comme prévu. Ainsi, elle est actuellement encore plus élevée que l'inflation globale en glissement annuel, ce qui montre clairement que la baisse de l'inflation est liée à la chute des prix de l'énergie. En ce qui concerne les taux d'intérêt, je ne prévois qu'une nouvelle hausse de 25 points de base, et le marché est du même avis. Toutefois, contrairement au marché, je pense que la Fed maintiendra les taux d'intérêt à un niveau élevé pendant plus longtemps. Alors que la plupart des acteurs du marché s'attendent à 2 ou 3 baisses d'ici la fin de l'année, cela me surprendrait beaucoup. Le marché du travail est toujours en surchauffe, même s'il y a des signes de refroidissement - voir la baisse du rythme de croissance des salaires et l'augmentation des demandes d'allocations de chômage. La Fed elle-même doit probablement paralyser quelque peu le marché du travail pour ramener l'inflation à son niveau cible. Par exemple, John Williams, de la Fed de New York, s'attend à ce que le taux de chômage atteigne 4 % cette année et même 4,5 % l'année prochaine. Quant à la récession, la Fed pourrait déjà tabler sur une légère récession au second semestre. C'est du moins ce que laissent entendre les dernières minutes de la Fed. La question est donc de savoir ce que l'on entend par récession légère. Si nous parlons de deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB, nous avons déjà connu une telle situation au premier semestre de l'année dernière. Au cours du second semestre, la volatilité des actions américaines a été considérable et le S&P 500 a terminé l'année à des niveaux similaires à ceux du semestre.

Pensez-vous que la Fed atteindra son objectif d'inflation dans le courant de l'année ? Et les récentes réductions de la production de pétrole par le groupe OPEP+ pourraient-elles à nouveau peser sur les États-Unis et leur lutte contre l'inflation ?

Je pense que c'est très peu probable. L'inflation américaine pourrait avoisiner les 2 % au second semestre de l'année prochaine. C'est l'OPEP+ qui a porté un coup aux Etats-Unis en renforçant ses réductions de production de pétrole. Nous avons donc assisté à une hausse significative des prix du pétrole sur le marché, qui se répercute progressivement sur les prix des carburants et a donc un effet inflationniste. Dans ce cas, l'indice américain Michigan Inflation Expectation Index, produit régulièrement par l'Université du Michigan, est intéressant. Il se rapporte aux attentes des ménages en matière d'inflation à un horizon de 12 mois. C'est à cause des prix du pétrole que cet indice a augmenté significativement à 4,6 % fin mars, alors qu'on attendait 3,5 %. Le pétrole est donc à nouveau une arme politique qui complique la tâche de la Fed et jette une mauvaise ombre sur l'administration de Joe Biden. Je m'attends donc à ce qu'une nouvelle libération de pétrole des réserves stratégiques américaines intervienne bientôt pour faire baisser légèrement le prix du pétrole. Le problème, cependant, est que les Américains n'ont plus grand-chose à prendre - les réserves stratégiques sont à leur plus bas niveau depuis 40 ans.

J'en viens maintenant à la saison des résultats, au cours de laquelle les grandes banques américaines ont récemment publié leurs chiffres. J'ai été (du moins en ce qui me concerne) agréablement surpris par la solidité de la croissance. Comment est-il possible que les grandes banques aient autant excellé alors que les plus petites ont récemment souffert de la crise ?

Oui, à l'exception de Goldman Sachs, les résultats ont été plus que positifs jusqu'à présent. Très souvent, la règle empirique veut que lorsque les banques américaines publient leurs résultats, l'ensemble de la saison des bénéfices suit. Voyons voir :) Je ne suis pas trop surpris, surtout que les grandes banques commerciales profitent maintenant du niveau élevé des taux d'intérêt et de l'afflux de nouveaux dépôts. Ironiquement, c'est la crise des petites et moyennes banques qui a été un atout pour les grandes. Les clients les utilisaient comme des refuges et c'est précisément à cause de ces "runs" que les petites banques sont en difficulté. Pratiquement tous les segments, y compris la banque d'investissement, se sont bien comportés pour les grandes banques, ce qui est assez surprenant. Mais il est vrai que 2022 a été assez calme de ce point de vue, et que beaucoup d'introductions en bourse et d'opérations de fusions-acquisitions ont attendu cette année.

Pensez-vous que nous pouvons nous attendre à des résultats aussi bons de la part des banques plus petites, ou y a-t-il encore des risques et des incertitudes ?

Je pense que la fuite des dépôts en mars a dû avoir un impact au moins partiel sur les résultats des petites et moyennes banques. Au minimum, les revenus d'intérêts seront inférieurs à ce qu'ils seraient dans une situation normale. Comme je l'ai dit plus haut, je ne pense pas que la crise bancaire devienne une crise nationale ou même mondiale. Il s'agit plutôt d'une séparation des "éléments les plus faibles" du troupeau. Le Credit Suisse $CS+1.0%, quant à lui, est en difficulté depuis un certain temps. Parmi les banques de petite et moyenne taille, je m'attendrais peut-être à ce que les fusions reprennent au cours des prochains trimestres. Mais pour l'instant, les investisseurs ordinaires ne doivent pas paniquer.

Dans la dernière partie, j'aimerais m'intéresser à votre portefeuille et à votre approche en matière d'investissement. Pouvez-vous nous la décrire ?

Je diviserais mon approche d'investissement en trois catégories. La première est celle des actions à long terme - j'essaie de construire un portefeuille dans lequel j'ai à la fois des grandes valeurs technologiques, des titres à dividendes, et aussi quelques valeurs défensives. Ensuite, je négocie activement, en particulier de manière dynamique. J'ai tendance à agir sur des périodes plus longues et je conserve des positions à long terme. Le marché le plus intéressant pour moi est sans aucun doute celui du pétrole, où la volatilité est énorme et où il se passe toujours quelque chose. Comme je suis régulièrement les événements mondiaux et les fondamentaux, cela me donne un avantage intéressant. De temps en temps, je négocie les indices américains ou le forex de la même manière. Récemment, les paires avec la couronne tchèque ont été très intéressantes en raison de son appréciation et du différentiel de taux d'intérêt élevé. C'est aussi une forme de couverture pour moi. De temps en temps, je me lance également dans la spéculation sur la hausse ou la baisse d'une action particulière. La troisième catégorie est celle des achats réguliers d'ETF axés sur les indices américains. Je choisis des fonds qui réinvestissent les dividendes, ce qui, à long terme, peut donner lieu à des augmentations de rendement très intéressantes ou atténuer les baisses.

Enfin, j'aimerais vous demander quelle est votre action préférée et pourquoi elle figure parmi vos meilleures ?

OXY
$61.95 -$0.01 -0.02%
Capital Structure
Market Cap
54.9B
Enterpr. Val.
74.5B
Valuation
P/E
17.9
P/S
2.0
Dividends
Yield
1.2%
Payout
31.9%

Mon titre préféré est probablement Occidental Petroleum $OXY+0.0%, que je détiens depuis près de 3 ans. Je dois dire que c'est aussi l'une de mes positions les plus rentables. Je l'ai achetée au second semestre 2020 et depuis, la capitalisation a été multipliée par plusieurs fois. A l'époque, je faisais des recherches pour un article que j'écrivais sur Forbes et OXY m'a littéralement sauté aux yeux. C'était la combinaison d'une valorisation intéressante, de l'attente de lendemains meilleurs dans le marché pétrolier post-coronavirus, et de la position privilégiée de la société elle-même dans le bassin permien, où elle est le plus gros producteur après avoir racheté Anadarko Petroleum. J'ai été conforté dans ma décision par Warren Buffett, qui a acheté massivement des actions OXY ces derniers temps et qui fait même l'objet de rumeurs de prise de contrôle totale de la société. Actuellement, l'action est presque 20 % en dessous de son plus haut niveau annuel et continue d'être attractive grâce à l'intérêt de "l'Oracle d'Omaha" lui-même. En outre, je m'attends à une augmentation de la demande de pétrole au second semestre, et la production toujours limitée de l'OPEP+ pourrait signifier que l'or noir repassera au-dessus de 100 USD le baril. L'action OXY en bénéficierait bien sûr.

  • Vous avez apprécié l'interview d'aujourd'hui ? Si c'est le cas, n'oubliez pas de nous suivre pour ne pas manquer d'autres contenus uniques. Mon invité d'aujourd'hui était Petr Lajsek.

Veuillez noter qu'il ne s'agit pas d'un conseil financier.


Transmettez l'article ou gardez-le pour plus tard.