S&P 500 ^GSPC
5,083.3
+0.27%
Nvidia NVDA
$791.75
+1.95%
Tesla TSLA
$199.87
-1.07%
Amazon AMZN
$174.74
+0.91%
Meta META
$487.57
+0.73%
Apple AAPL
$180.54
-0.49%
Alphabet GOOG
$137.94
+0.37%
Microsoft MSFT
$408.14
+0.10%

Apple est-elle une action à dividende élevé ?

Jean Laffayette
15. 5. 2023
5 min read

Apple $AAPL-0.5% a été considérée comme une valeur de croissance pendant la majeure partie de son existence. De nombreux investisseurs qui l'acquièrent pour leurs portefeuilles continuent de penser que c'est le cas parce que l'entreprise, bien qu'elle soit une entité énorme, affiche souvent des hausses à deux chiffres de ses principaux indicateurs fondamentaux.

Récemment, cependant, Apple a accordé aux investisseurs une augmentation relativement généreuse de son dividende. C'est peut-être pour cette raison que l'entreprise est un titre à dividendes solide. Voici une petite recherche

De gros bénéfices, de grosses dépenses

Mettons les choses au point et replaçons-les dans leur contexte. Simultanément aux résultats du deuxième trimestre de l'exercice 2023 publiés début mai, Apple a annoncé un nouveau versement trimestriel de 0,24 $ par action. Cette augmentation du dividende s'est traduite par une amélioration de 4 % par rapport aux 0,23 $ par action de son prédécesseur. (Ce n'est d'ailleurs pas la seule mesure prise par la société pour satisfaire ses actionnaires : elle a également lancé un programme de rachat d'actions d'une valeur de 90 milliards de dollars).

Personne ne devrait s'inquiéter de savoir si Apple peut se permettre de payer le dividende supplémentaire ou le nouveau fonds de rachat d'actions. Au cours de ce seul trimestre, l'entreprise a généré un flux de trésorerie d'exploitation de près de 29 milliards de dollars. Aujourd'hui, elle verse environ 3,7 milliards de dollars de dividendes par trimestre.


Il convient également de définir le terme "action de dividende". Toutes choses égales par ailleurs, ces actions offrent un rendement régulier égal ou supérieur à la moyenne d'un groupe représentatif d'entreprises versant des dividendes. Actuellement, le rendement moyen du S&P 500 est légèrement inférieur à 1,7 %. Le fait qu'une entreprise accepte d'augmenter son dividende au moins une fois par an est également un atout important.

Les entreprises les plus facilement identifiables comme des actions à dividendes ont également tendance à être des sociétés bien établies, à la croissance modérée, mais dont le flux de trésorerie disponible (FCF) est très solide et fiable.

Apple répond-elle à ces critères ? Pas tout à fait. Ce FCF est certainement massif. L'entreprise ne se contente pas de vendre la suite d'iGadgets, toujours très populaire, et de mener des activités florissantes (bien que relativement marginales) dans d'autres domaines tels que les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables, mais elle gagne également beaucoup d'argent grâce à son App Store. Nous cocherons donc la case correspondant à ce critère.

Quant au chiffre d'affaires, c'est une autre histoire. De ce point de vue, Apple n'est pas très impressionnant. Son rendement est actuellement de l'ordre de 0,6 %, bien en deçà de l'indice de référence S&P 500 précité. Ainsi, si le rendement d'Apple est conforme à celui du secteur technologique, souvent avare, il est nettement inférieur à celui de valeurs à dividendes classiques telles que Coca-Cola (2,9 %), McDonald's (2,1 %) et 3M (un énorme 6 %).

Enfin, selon ces deux autres critères, Apple n'est pas à la hauteur des actions à dividendes traditionnelles. Il s'agit encore d'une entreprise en croissance relative, comme indiqué ci-dessus, et bien qu'elle dispose d'un certain nombre de sources de revenus, elle reste dépendante de la mode et des tendances des consommateurs.

Si, par exemple, un fabricant de téléphones Android met au point une technologie brevetée révolutionnaire qui surpasse tout ce que l'iPhone peut faire, les ventes de ces appareils risquent de s'évaporer pour Apple. En revanche, personne n'a encore trouvé, par exemple, un "tueur de Coca-Cola" ou un meilleur Big Mac pour le marché de masse.

Enfin, en ce qui concerne les augmentations de dividendes, Apple est incontestablement une société qui aime augmenter ses dividendes - avec cette dernière augmentation, elle a augmenté son paiement pendant 11 années consécutives (depuis qu'il a été renouvelé en 2012). Toutefois, cet historique fait pâle figure en comparaison de celui des actions à dividendes les plus connues. Prenons à nouveau l'exemple de Coca-Cola et de McDonald's. Ces deux géants affichent une série de hausses de dividendes depuis plusieurs années. Ces deux géants affichent des hausses de dividendes depuis respectivement 60 et 46 ans.

Donc non, à mon avis, les récentes augmentations de dividendes d'Apple n'en ont pas fait une action à dividendes de premier plan. Sur cette seule base, il ne s'agit pas d'un investissement convaincant.

Mais cela ne veut pas dire qu'il s'agit d'une mauvaise action, bien sûr. Bien au contraire.

Apple fait un travail admirable pour rafraîchir ses gammes de produits, l'iPhone étant l'un des téléphones les plus performants et les plus avancés du marché, malgré l'âge de la marque (près de 16 ans). Plus d'appareils sur le marché signifie plus d'achats par l'intermédiaire de l'App Store, de sorte que les recettes tirées des services augmentent également. Apple n'hésite pas non plus à se lancer dans de nouvelles activités commerciales susceptibles de connaître une croissance rapide, telles que les puces électroniques.

AAPL

Apple

AAPL
$180.54 -$0.88 -0.49%
Capital Structure
Market Cap
2.8T
Enterpr. Val.
2.9T
Valuation
P/E
28.4
P/S
7.4
Dividends
Yield
0.5%
Payout
14.9%



Transmettez l'article ou gardez-le pour plus tard.