S&P 500 ^GSPC
4,967.23
-0.88%
Nvidia NVDA
$762.00
-10.00%
Meta META
$481.07
-4.13%
Amazon AMZN
$174.63
-2.56%
Tesla TSLA
$147.02
-1.94%
Microsoft MSFT
$399.12
-1.27%
Apple AAPL
$165.00
-1.22%
Alphabet GOOG
$155.72
-1.10%

C'est le genre d'actions que les analystes considèrent comme la défense parfaite contre une récession.

La récession. Elle oblige toutes les classes, groupes et régions économiques, sociales et géopolitiques à prendre des mesures fondamentales. Principalement marqué par le serrage de la ceinture. Les récessions obligent généralement aussi les entreprises à réduire leur personnel. Ils licencient des employés. Ils reportent les dépenses d'investissement. Ils accumulent de l'argent et réduisent les coûts. Tout cela n'est pas entièrement une bonne nouvelle pour les investisseurs. Mais tout n'est pas aussi noir qu'il n'y paraît.

Les analystes estiment que ces actions devraient vous aider à vous protéger contre une récession.

Les dividendes sont généralement intouchables. Les investisseurs comptent sur eux et les conseils d'administration des entreprises sont réticents à les réduire, voire à les arrêter complètement, même en cas de ralentissement économique que de nombreux prévisionnistes estiment imminent.

Les versements trimestriels ne sont pas une panacée pour aider les investisseurs individuels à surmonter les ralentissements de l'économie et du marché, mais les actions à dividendes offrent un certain abri. Lors de la plupart des récessions américaines depuis les années 1940, les dividendes sont restés intacts, atténuant ainsi la douleur des investisseurs lorsque leurs portefeuilles ont souffert des baisses de marché qui accompagnent généralement les récessions.

"Les marchés d'actions chutent pendant les récessions parce que les bénéfices baissent et que les performances de l'économie diminuent", explique Ed Clissold, stratège en chef pour les États-Unis chez Ned Davis Research. Les actions à dividendes, en revanche, offrent "un certain niveau de revenu et de rendement total", même si les cours des actions subissent des pressions.

Les dividendes envoient le signal "que les équipes de gestion croient en la durabilité de l'entreprise et qu'elles disposeront du cash-flow nécessaire pour payer des dividendes", ajoute-t-il. Pour moi, c'est peut-être plus important que le dividende lui-même.

Ben Snider, stratège en chef pour les actions chez Goldman Sachs, souligne qu'au cours des 12 récessions américaines depuis la Seconde Guerre mondiale, la baisse médiane des dividendes versés par les sociétés de l'indice S&P 500SPX n'a été que de 1 %. Cinq de ces récessions - 1949, 1974, 1980, 1981 et 1990 - n'ont donné lieu à aucune baisse, dit-il. Goldman a calculé ces chiffres en comparant les quatre trimestres précédents au début de chaque récession avec les quatre derniers trimestres à la fin de celle-ci.

"Les données historiques suffisent à vous rassurer sur la trajectoire à venir, même en cas de récession", déclare M. Snider.

Les récessions, bien sûr, varient en durée et en causes. Prenons l'exemple du ralentissement économique de deux mois, de février à avril 2020, lorsqu'une pandémie a provoqué l'arrêt temporaire d'une grande partie de l'économie américaine et que le produit intérieur brut a chuté d'un tiers. Cette année-là, 42 sociétés du S&P 500 ont suspendu le versement de leurs dividendes et 28 l'ont réduit. Bien que nombre de ces réductions proviennent d'entreprises qui ont été les plus durement touchées par le lock-out de Covid, "2020 a été particulièrement exceptionnelle par la vitesse à laquelle l'économie s'est arrêtée et les flux de trésorerie des entreprises ont ralenti", indique M. Snider.

Toutefois, il ajoute que "même pendant la récession la plus forte et la plus profonde de l'histoire moderne, les dividendes du S&P 500 n'ont diminué que de 3 %".

Il y a ensuite la récession qui a duré de la fin 2007 à la mi-2009. Les dividendes par action du S&P 500 ont chuté de 24 % au cours de cette période, ce qui est de loin le pire résultat de toute récession américaine depuis la fin des années 1940, selon Goldman Sachs. Rien qu'en 2008, 22 sociétés du S&P 500 ont suspendu leurs dividendes et 40 ont réduit leurs versements, selon les indices S&P Dow Jones.

Mais nombre de ces réductions de dividendes ont été effectuées par des banques et d'autres sociétés financières dans le sillage de la crise des prêts hypothécaires à risque qui a ravagé l'économie. Citigroup, par exemple, a réduit son dividende trimestriel de 5,40 USD par action à 3,20 USD début 2008. Il l'a encore réduit deux fois pendant la récession et l'a finalement suspendu. La banque n'a recommencé à verser un dividende trimestriel qu'à la mi-2011, à raison d'un cent par action.

Pendant la récession de 2001, les dividendes du S&P 500 ont chuté de 6 %, soit la deuxième plus forte baisse après celle de 2007-2009.

Bien que cette récession ait été associée à l'éclatement de la bulle des valeurs technologiques, la réduction des dividendes ne s'est pas limitée aux valeurs technologiques, en partie parce que certaines des grandes entreprises de ce secteur ne versaient même pas de dividendes à l'époque. Microsoft, par exemple, n'a commencé à verser des dividendes qu'en 2003.

Que faire maintenant, alors que les prévisions de récession se font de plus en plus insistantes ?

Clissold et ses collègues de Ned Davis Research ont analysé les actions du S&P 500 qui versent des dividendes par rapport à celles qui n'en versent pas, lors de chaque récession depuis le milieu des années 1970. Il souligne que les actions à dividendes ont tendance à surperformer les actions à dividendes à l'approche d'une récession et dans les premiers stades d'une récession.

"Pendant les ralentissements du marché, les actions à dividendes ont tendance à être plus stables et à baisser moins" que les actions sans dividendes, dit Clissold. "Les marchés ont tendance à suivre l'économie, de sorte que les actions en général ont tendance à atteindre un pic en moyenne cinq à six mois avant le début d'une récession."

Avertissement : Ceci n'est en aucun cas une recommandation d'investissement. Il s'agit purement d'un résumé et d'une analyse de ma part, basés sur des données provenant de l'internet et de plusieurs autres analyses. Investir sur les marchés financiers est risqué et chacun doit investir en fonction de ses propres décisions. Je ne suis qu'un amateur qui partage ses opinions.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Log in to Bulios

Log in and follow your favorite stocks, create a portfolio and discuss with others


Don't have an account? Join us

No comments yet