Analyse de la situation actuelle par le Credit Suisse : la banque appauvrie a subi un nouveau coup dur après l…

Credis Suisse a fait l'objet d'une attention particulière ces derniers temps. Elle s'est retrouvée en difficulté et a semblé vaciller sur le fil du rasoir. Mais l'effondrement de SVB vient de lui porter un coup dur. Cette situation pourrait-elle l'abattre une fois pour toutes ?

Le Credit Suisse en difficulté

Il fut un temps où l'adresse de la deuxième banque suisse était celle où les familles les plus riches du monde se rendaient pour protéger et faire fructifier leurs immenses fortunes. Mais la banque zurichoise, vieille de plus de 160 ans, a vu sa fortune s'évaporer au cours des dernières années, au point que sa survie est aujourd'hui fortement remise en question. Les blessures qui l'ont amenée à ce point sont presque entièrement auto-infligées. La liste des faux pas est longue. Je pense à l'acquisition malheureuse de First Boston Corp, qui aurait dû placer le Credit Suisse en tête de tous ses concurrents européens et en faire un acteur majeur sur le marché américain des capitaux, ou aux graves erreurs commises dans son unité de private banking, qui ont entraîné une perte d'un milliard de dollars. Tous ces événements auraient pu être évités si un processus solide de gestion des risques avait été mis en place. Or, il semble qu'il n'y en ait pas eu.

Ces événements catastrophiques, qui font assurément l'objet de films à grand spectacle, ont anéanti plus de 90 % de la valeur actionnariale en moins de cinq ans. Aujourd'hui, un nouveau coup dur vient d'être porté. Credit Suisse $CS+1.0% a perdu plus de 22 % en une seule journée, le marché se préparant au pire. Les swaps de défaut de crédit (CDS) de la banque suisse ont atteint des sommets historiques bien supérieurs à leur moyenne sur 20 ans.

CS a été plus durement touchée que d'autres banques

Les investisseurs intègrent donc probablement les risques de l'Armageddon financier qui pourrait bien se profiler à l'horizon. La participation du CEO Ulrich Korner à la conférence Morgan Stanley $MS+0.3% d'hier n'a pas renforcé la confiance des investisseurs, qui craignent à juste titre une aggravation des résultats après l'effondrement récent de la banque dans la Silicon Valley.

CS ayant chuté de plus de 30 % au cours des deux dernières semaines, une consolidation est attendue. Mais pourquoi le marché est-il si baissier alors que CS reste en restructuration ?

Compte tenu de la chute brutale des $SIVB, les investisseurs craignent que les déposants ne tournent rapidement le dos au Credit Suisse. Dans son récent rapport, la banque a indiqué que "les sorties d'argent des clients ne se sont pas inversées ce mois-ci, bien qu'elles se soient stabilisées à des niveaux beaucoup plus bas".

Alors pourquoi les investisseurs n'ont-ils pas interprété cela comme une amélioration significative par rapport au quatrième trimestre, qui "a montré des sorties massives de fonds de clients suite à l'annonce de la restructuration".

Il y a deux options possibles. Les deux vont probablement de pair. D'une part, une crainte générale des noms instables dans le secteur bancaire, qui est actuellement en proie à la peur. Et deuxièmement, les commentaires d'hier lors de la conférence susmentionnée.

Nous avons dit clairement le 9 février, et nous le répétons, que les sorties de capitaux ont considérablement diminué depuis lors. La dynamique des bénéfices se rétablit. Ellen'est certainement pas encore au niveau où elle devrait être, mais la dynamique est bonne", a déclaré Ulrich Korner.

Le terme "flux de sortie" est crucial et les investisseurs sont très sensibles à cette dynamique, compte tenu des récentes turbulences. C'est pourquoi le Credit Suisse s'est efforcé de rassurer les investisseurs en leur disant qu'il avait enregistré des "entrées" lundi, car il avait profité de l'effondrement de la SVB. Cependant, les acteurs du marché perdent probablement confiance dans son "processus de restructuration complet pour retrouver la rentabilité" sur trois ans , car le marché s'est emparé des valeurs financières dans un vaste mouvement de baisse des risques depuis le krach de la SVB.

https://www.youtube.com/watch?v=G2XeyIbeXd0

Avec l'augmentation du coût du financement alors qu'elle continue à faire face à des sorties d'investisseurs, le sentiment des investisseurs s'est encore détérioré alors que son principal investisseur, la Banque nationale saoudienne, exclut de nouveaux renflouements. Le président Ammar Al Khudairy a invoqué des obstacles réglementaires et juridiques ainsi que de nombreuses autres raisons pour lesquelles l'entreprise n'augmenterait pas sa participation dans la banque au-delà de son niveau actuel de moins de 10 %.

Les investisseurs ont probablement interprété cela comme une indication que la Saudi National Bank a des préoccupations fondamentales quant aux perspectives du plan de restructuration du Crédit Suisse. En outre, la déclaration d'Al Khudairy est intervenue après que Korner se soit engagé à atteindre les objectifs de la banque pour 2025, comme il l'a souligné :

Je suis très confiant quant à notre objectif 2025, super confiant. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. Tout d'abord, nous avons une stratégie très claire. Et cette stratégie, si vous voulez savoir comment aller de l'avant, est très claire. Deuxièmement, nous avons un ensemble clair de responsabilités. Nous avons fixé des objectifs clairs que nous suivons. Enfin, si vous regardez l'équipe de direction, il s'agit d'une toute nouvelle équipe. Mes collègues ont une expérience très pertinente. Ils savent ce qu'ils font, ce qui est utile. Et ils font tout ce qu'ils peuvent, sans relâche, pour que tout se passe bien.

Mais le marché ne semble pas le croire, et la réponse de la Banque nationale saoudienne n'a pas été à la hauteur de la super confiance de Korner. Au contraire, le marché a exprimé sa méfiance à l'égard de M. Korner et de son équipe, et s'est concentré sur le risque d'un nouvel effondrement des banques en difficulté.

Valeurs actuelles de CS

Il est inutile d'entrer dans les détails de l'analyse du Credit Suisse, car la situation actuelle évolue de minute en minute. Personnellement, j'éviterais l'action, même pour la spéculation, du moins jusqu'à ce que l'on sache clairement comment la situation va évoluer. Pour l'instant, la situation n'est pas très réjouissante.

Avertissement : il ne s'agit en aucun cas d'une recommandation d'investissement. Il s'agit uniquement de mon résumé et de mon analyse basés sur des données provenant d'Internet et d'autres sources. Investir sur les marchés financiers est risqué et chacun doit investir en fonction de ses propres décisions. Je ne suis qu'un amateur qui partage ses opinions.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Vous avez un compte ? Puis connectez-vous . Ou en créer un nouveau.

No comments yet
Timeline Tracker Overview